notes de lectures (2)

Les Cahiers de Don Rigoberto

Don Rigorberto répudie sa femme Dona Lucrecia pour inceste avec son beau-fils, Fonfon. Pour ne pas sombrer dans la solitude et la folie, il cherche (désespérément) refuge dans ses cahiers, où il a recrée un univers imprégné de fantasmes et des souvenirs de Dona Lucrecia.

Don Rigoberto est un fervent épicurien, passionné par les choses de l’esprit. Le peintre Egon Schiele, artiste autrichien lubrique, mort à 28 ans de la grippe espagnole, hante le jeune Fonfon, enfant malicieux qui veut réconcilier son père à son ex-femme.

Les Cahiers de Don Rigoberto, c’est toute la classe et la maturité du romancier péruvien Vargas Llosa (Prix Nobel 2010).

Ce que le jour doit à la nuit de Yasmina Khadra
Le revers du succès pour un écrivain c’est qu’il prend otage en otage sa plume. C’est le sentiment que j’ai eu en lisant Ce que le jour doit à la nuit de Yasmina Khadra. Par peur de dérouter son lectorat, l’écrivain algérien reprend les mêmes recettes, celles qui ont fait sa fortune. Khadra, c’est une langue bien tournée, mais très souvent prévisible. L’auteur ne lésine ni sur les métaphores faciles ni sur les lieux communs. Et les dialogues sont parfois d’une platitude… insurmontable (niveau émission de Deguène Chimère sur Tfm). L’histoire est quand même belle : un amour impossible entre un jeune arabe Jonas et Emilie, une Française pied noir, sur fond de guerre d’indépendance en Algérie

The following two tabs change content below.
diambar
Ouvrez ce journal, vous y trouverez mes angoisses de célibataire proche de la quarantaine qui vit encore chez ses parents, mais participe aux factures et aux charges du ménage, malgré un job de pigiste mal payé. Mais si vous avez envie d'escapade suivez-moi dans les ruelles étroites et animées de mon quartier populaire à Pikine, dans la banlieue de Dakar. Prenez ma main, sinon vous risquez de vous y perdre. Je vous montrerai comment on vit, on pleure, on rit, on meurt, on joue dans ce coin.
diambar

Derniers articles pardiambar (voir tous)

À propos de l'auteur

diambar

Ouvrez ce journal, vous y trouverez mes angoisses de célibataire proche de la quarantaine qui vit encore chez ses parents, mais participe aux factures et aux charges du ménage, malgré un job de pigiste mal payé. Mais si vous avez envie d'escapade suivez-moi dans les ruelles étroites et animées de mon quartier populaire à Pikine, dans la banlieue de Dakar. Prenez ma main, sinon vous risquez de vous y perdre. Je vous montrerai comment on vit, on pleure, on rit, on meurt, on joue dans ce coin.

Archives par auteur

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *